Mardi 28 septembre, à 15h30 ("en présenciel", Archives de Paris, Salle Verlaine)

Nicolas VIDONI, maître de conférences en histoire moderne, AMU-Telemme (UMR 7303)

La Police des Lumières : espace urbain, police et politique

L’historiographie a longtemps lu les évolutions policières au prisme de l’évolution de la monarchie. La création de la Lieutenance générale de police en 1667 était vue comme la manifestation d’une autorité royale sans opposition dans la capitale du royaume. Paris serait dès lors propre, sûre, et pourrait refléter la grandeur universelle du monarque.

À partir des acquis de l’histoire sociale des polices, attentive aux individus, aux pratiques et aux cultures professionnelles, la réalité du contrôle social peut être questionnée. La Lieutenance générale de police a dû, tout d’abord, justifier son action et imposer une nouvelle forme de régulation des désordres urbains davantage attentive à l’espace urbain matériel.

Elle a ainsi redécoupé la ville en quartiers pour permettre un meilleur
nettoyage et un meilleur contrôle des activités dans les rues. Cette nouvelle forme de police a impliqué des expérimentations en termes de contrôle de l’espace, de contrôle des échanges, des usages des rues, etc. Ces dernières ne sont pas allées de soi et ont suscité des adhésions ou des résistances au sein de la population, au point d’être remises fortement en cause en 1789-1790.

Il est rappelé qu'il est impératif de vous inscrire avant le vendredi 25 septembre à midi à l'adresse suivante : inscriptions@shpif.fr et de vous conformer aux consignes sanitaires en usage (passe sanitaire et masque).